Cinq conseils efficaces pour un climat ambiant sain

02/02/2022

Le climat ambiant des bureaux (et des lieux de travail à domicile) a suscité un regain d'attention depuis la pandémie de coronavirus. Une bonne ventilation constitue donc un outil important pour réduire le risque de contamination. Mais quand pouvons-nous considérer que le climat ambiant est sain ? Et comment s'en assurer en tant qu'employeur ?


Il y a comme une petite odeur
Il faut le reconnaître… Après plusieurs heures de travail au bureau ou à la maison, vous vous sentez médiocre et amorphe. Vous repensez à l'époque où vous étiez sur les bancs de l’école. Ce temps où vous restiez assis(e) pendant des heures en classe, avant de rentrer chez vous avec un mal de crâne et un sentiment de nullité à la fin de la journée. La cause ? Un excès de CO2 en classe. Nous, les humains, inspirons de l'oxygène et expirons du CO2. Si ce CO2 n'est pas éliminé et si l'air riche en oxygène est insuffisant, notre capacité de concentration diminue. Des maux de tête peuvent alors survenir et notre rendement au travail peut être altéré.


Détecteur de CO2
Le détecteur de CO2 est l'appareil adéquat pour mesurer une concentration excessive de CO2. Cet instrument de mesure est désormais utilisé dans de nombreuses entreprises, écoles et autres institutions. L'objectif est de maintenir le niveau de CO2 sous la barre des 900 ppm (particules par million). Quand la valeur dépasse 900 ppm, il est grand temps d'aérer ! Ou peut-être disposez-vous déjà d'un système de ventilation professionnel ? Ce dispositif peut également contrôler la concentration de CO2 dans la pièce et entrer en action si nécessaire.


Plus que de l'air frais
Alors, peut-on dire qu'il s'agit-il principalement d'aérer en temps opportun et de bien ventiler pour bénéficier d'un climat ambiant sain ? Pas tout à fait, plusieurs autres facteurs entrent également en ligne de compte. Outre la concentration de CO2 dans l'air, la température et l'humidité d'un environnement ont également toute leur importance. Il s'agit là de facteurs que l'on ne peut pas observer à l'œil nu et qui n'apparaissent donc pas de manière flagrante. Il s'agit néanmoins d'éléments importants auxquels il faut prêter attention. Car un climat ambiant nocif a des conséquences désagréables. Prêtez donc attention à la présence d'air oppressant ou sec, de courants d'air, d'odeurs désagréables, ou encore à la température excessive ou, au contraire, trop basse. Tous ces facteurs peuvent provoquer des maux de tête, une perte de concentration et une diminution des performances professionnelles. Voici donc cinq conseils concrets pour instaurer un climat ambiant sain.


  1. Créer un lieu de travail confortable et accueillant
    Un environnement de travail agréable commence par une température ambiante adéquate. Il est généralement recommandé qu'elle se situe entre 18 et 21 degrés. Assurez-vous que la température soit stable et surtout qu'elle ne descende pas trop bas. Autre point d'attention : évitez de vous trouver dans un courant d'air. Vous souffrez d'un torticolis à cause de la climatisation ou votre nez n'a de cesse de couler, car vous vous trouvez dans un courant d'air ? Trouvez une solution adéquate avec le responsable.

  2. Veiller à bien ventiler
    Y a-t-il une différence entre aérer et ventiler ? Oui. L'aération consiste à ouvrir une fenêtre ou une porte pour créer un courant d'air frais. Ce n'est pas toujours possible ou souhaitable lorsque vous partagez le bureau avec plusieurs collègues. Vous pouvez donc également laisser les fenêtres entrouvertes pendant les pauses ou lorsqu'une pièce n'est pas utilisée. Assurez-vous en outre que les bouches d'aération soient exemptes de saleté et de poussière et ne soient pas obstruées par des meubles ou d'autres objets.

    Si vous disposez d'un système de ventilation, vous n'avez pas à vous soucier de ces problèmes. Le système renouvelle l'air en permanence. L'air pollué est évacué tandis que de l'air extérieur frais et sain est insufflé dans les bureaux. Ce système présente en outre l'avantage de pouvoir comporter un détecteur de CO2 et d'entrer en action lors du dépassement des valeurs seuils. Vous réalisez ainsi également des économies d'énergie et de chauffage.

  3. Humidifier l'air trop sec
    Dans un espace de travail où le taux d'humidité est faible, les contaminants restent longtemps en suspension dans l'air. Vous le ressentirez immédiatement au niveau de votre peau et de vos yeux, surtout si vous portez des lentilles de contact. Une aération régulière et l'utilisation d'un humidificateur améliorent la qualité de l'air. Il existe des humidificateurs très compacts que vous pouvez même poser sur votre bureau, comme un gadget. Une autre façon d'augmenter le taux d'humidité est de placer un bol d'eau sur ou à proximité des radiateurs. L'évaporation de l'eau maintient le taux d'humidité de l'air. N'oubliez pas de renouveler l'eau régulièrement, car l'eau stagnante est un terrain propice aux champignons et aux bactéries.

  4. Déshumidifier l'air trop humide
    Mais qu'en est-il si votre lieu de travail à domicile ou votre bureau est situé dans un ancien bâtiment, près de cours d'eau ou dans une zone boisée ? C'est alors parfois l'opération inverse qui s'impose, autrement dit : diminuer le taux d'humidité. Les déshumidificateurs s'avèrent ici particulièrement efficaces. Si vous privilégiez une approche plus naturelle, une ventilation régulière permettra de résorber le problème, ou vous pouvez simplement installer quelques plantes.

  5. Veiller à une excellente qualité de l'air
    Outre le fait qu'il puisse être trop sec ou trop humide, l'air que nous respirons comporte de nombreux éléments en suspension. Du pollen aux bactéries en passant par les particules chimiques nocives et les allergènes. Même si vous nettoyez tous les jours, ces petites particules de poussière désagréables subsistent souvent après votre passage. Que pouvez-vous faire ? Entreposez les classeurs à anneaux, les livres et les autres documents dans une armoire fermée à clé et dans une pièce distincte. Il est également préférable d'installer l'imprimante dans un emplacement qui lui sera dédié, car elle émet des poussières de toner qu'il vaut mieux ne pas inhaler.

    Si vous voulez aller encore plus loin, utilisez un purificateur d'air. Ce n'est pas la même chose qu'un humidificateur. Un purificateur d'air filtre les poussières et les gaz présents dans l'air, aide à lutter contre les odeurs et les allergies et améliore la qualité de l'air. Ou invitez la verdure dans votre bureau. La NASA a mené une étude sur l'effet des plantes dans les bureaux. Et savez-vous ce qu'il en ressort ? Certaines plantes s'avèrent très efficaces pour purifier l'air désagréable des bureaux. C'est particulièrement vrai pour l'Areca, le Sansevieria (langue de belle-mère), le Scindapsus (pothos) et le Gerbera. Les plantes permettent de créer un environnement de travail plus agréable tout en contribuant à une meilleure concentration et à un état d'esprit plus positif.


Envie de faire du climat ambiant sain sur votre lieu de travail une priorité ? Nous nous ferons un plaisir de vous conseiller et de partager avec vous notre expertise. Contactez-nous pour un complément d’information ou un rendez-vous sans engagement.